News > Radars : tout ce qui va changer en 2017

Radars : tout ce qui va changer en 2017

Georges Rouzeau
 - 28/11/2016

En 2017, l’automobiliste français devrait assister à l’augmentation du nombre de radars, à la diversification des modèles et à la généralisation des contrôles mobiles réalisés par des sociétés… privées.

 
2017, une augmentation anticipée importante des recettes fiscales liées aux contrôles radars

La loi de finance 2017 de l’État français prévoit l’année prochaine une augmentation importante des recettes fiscales liées aux contrôles radars. Les recettes devraient atteindre 844 millions d'euros, contre 672 millions en 2016, soit une progression de l'ordre de 25%.  L’État prévoit d’augmenter à la fois le nombre de radars, de multiplier les modèles et de privatiser les contrôles mobiles.
 

Augmentation du nombre de radars…

Conformément aux décisions du comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 2 octobre 2015, l’État a prévu d'étoffer son arsenal répressif, au nom de la lutte contre la mortalité au volant. En 2017, le nombre de radars passera de 4.450 à 4.600, puis à 4.700 en 2018. L’État veut notamment cibler les zones où les accidents sont particulièrement fréquents et où la vitesse est aujourd’hui peu contrôlée comme les chantiers routiers et le réseau secondaire hors agglomération.
 

…et des types de radars

Les types de contrôle, tout comme les différents types de modèles de radars, vont se multiplier.

Il y aura de plus de plus de tronçons de route équipés de « panneaux leurres », c’est-à-dire de panneaux avertissant de la présence de radars (portant la mention « Pour votre sécurité, contrôles radars fréquents »)… qui n’existeront pas forcément, pour jouer simplement et à moindre coût sur la peur du gendarme. Néanmoins, ce ou ces radars pourraient néanmoins exister… Et s’ils existent, ils seront nomades sur ces portions particulièrement surveillées. A terme, il y aura même probablement de fausses cabines.

Nouveaux modèles, disions-nous. En plus du traditionnel radar « cabine », il faut compter désormais avec le radar discriminant à double sens (de face, en approche, et de dos, en éloignement) qui trie les voitures et les poids lourds, mais aussi les radars « feux rouge » qui surveillent la vitesse de passage au vert et à l’orange. On prévoit aussi la multiplication des radars de chantiers (appelés « autonomes ») installés dans les zones de travaux temporaires et le long des chantiers où la vitesse est réduite...
 

Vers une privatisation des contrôles radars mobiles

L’autre grande annonce, c’est la volonté de l’État de déléguer à des sociétés privées l'utilisation de radars mobiles, afin de soulager les forces de l'ordre. Tandis que la gendarmerie « pratiquait » le radar mobile 1h30 environ en moyenne par jour, les sociétés privées vont s’y consacrer 8 heures par jour.
 

Beau fixe pour les stages de sensibilisation routière

Rappelons que depuis l’arrivée en 2002 des premiers radars automatiques en 2002, le nombre de stages de sensibilisation à la sécurité routière a été multiplié par 5. Une courbe de croissance qui, a priori, ne risque pas de s’inverser…

 

Photo : ©hxdbzxy/shutterstock.com