Travel routes > ITALIE : La Côte amalfitaine (Costiera Amalfitana)

ITALIE : La Côte amalfitaine (Costiera Amalfitana)

 - 12/10/2015

Côtes dressées au-dessus des flots transparents, villas paradisiaques dissimulées dans une végétation luxuriante, villages perchés et bourgs de pêcheurs nichés au fond de petites baies… Au coeur d’un décor verdoyant planté de cyprès, d’agrumes, de vignes, d’amandiers et de bougainvilliers, la côte amalfitaine étale ses beautés le long de la Méditerranée. Ses rivages sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

Départ : Positano
1 jour : 80  km

Positano

Ancienne bourgade de marins, dont les petites maisons cubiques et blanches d’allure mauresque se dissimulent parmi de verdoyants jardins qui descendent en terrasses vers la mer, Positano est le « seul endroit du monde conçu sur un axe vertical » (Paul Klee). Autrefois très prisé des artistes et intellectuels (Picasso, Cocteau, Steinbeck, Moravia et Noureiev – qui acheta l’îlot Li Galli), ainsi que des habitués de la dolce vita qui se retrouvaient à la Buca di Bacco, ce village est aujourd’hui un des lieux les plus fréquentés de la côte amalfitaine.

C’est ici que naquit dans les années 1950 la « mode Positano », aux formes légères et aux tissus de couleurs vives. Tout aussi célèbres : les sandales, dont les femmes du beau monde faisaient provision au cours de leurs voyages à Positano. La via dei Mulini regorge de boutiques de mode.

Après avoir flâné dans les ruelles, descendez en direction de la piazza Flavio Gioia, où se trouve la petite église Santa Maria Assunta, construite au 13e s. et remaniée à l’époque baroque.

Ne partez pas avant de vous être baigné sur l’une des plages de Positano, comme la spiaggia del Fornillo ou la fameuse spiaggia Grande. De là, des barques vous mènent aux criques inaccessibles par la route (prévoir masques et tubas).

Sentiero degli Dei

Départ de Nocelle (commune de Positano, accès en voiture par la route SP 425).

Comptez 6-7h aller. Parmi les nombreux chemins qui parcourent la région, le plus célèbre d’entre eux est le sentiero degli Dei (sentier des Dieux), classé au patrimoine mondial (Unesco). Menant au mont Sant’Angelo, ce sentier offre de splendides points de vue sur la côte, de Praiano à Capri.

Vettica Maggiore

Joli village touristique, ses maisons sont dispersées sur les pentes. On a, de l’esplanade, une belle vue sur la côte et la mer.

Praiano

Bourgade à l’aspect mauresque avec ses maisons dispersées sur les pentes du monte Sant’Angelo, Praiano abrite la délicieuse Marina di Praia, attrayante plage dissimulée entre les maisons et les barques de pêcheurs.

Vallone di Furore

Entre deux tunnels, la « gorge de la Fureur » est la plus impressionnante entaille de la côte, par la sombre profondeur de ses parois rocheuses resserrées et escarpées, par le mugissement d’une mer sauvage qui, les jours de gros temps, déferle avec force. Une bourgade de pêcheurs s’est pourtant installée là, à l’endroit où débouche le lit d’un torrent. Les maisonnettes accrochées aux pentes et les barques de couleurs vives tirées sur la grève surprennent un peu dans ce paysage farouche.

Anna Magnani ne put échapper à ce ravissement : lors de son séjour à Furore en 1948 en compagnie de Roberto Rossellini pour le tournage de L’Amore, elle voulut acquérir une petite maison de pêcheurs.

Grotta dello Smeraldo

Accès par ascenseur depuis la route - accès également par bateau depuis le port d’Amalfi.

L’eau de cette grotte marine, d’une transparence exceptionnelle, est éclairée indirectement par réflexion des rayons qui lui donnent cette admirable couleur émeraude. Le fond de la grotte, qui paraît tout proche malgré 10 m de profondeur, n’a pas toujours été recouvert par la mer, ainsi qu’en témoignent les stalagmites surgissant curieusement de l’eau.

Amalfi

Amalfi est une petite ville d’allure espagnole dont les hautes maisons blanches, juchées sur les pentes d’un vallon qui fait face à une mer très bleue, composent un site merveilleux.

Centro storico – Depuis la piazza Duomo, les via Genova, via Capuano (son prolongement) et via dei Mercanti (parallèle sur la droite) constituent le centre historique et commerçant de la ville, pittoresque avec ses façades toutes différentes, ses balcons et ses niches fleuries. Ruelles, petits escaliers et passages voûtés qui débouchent sur des placettes ornées de fontaines sont les particularités du plan urbain, inspiré du modèle arabe.

Duomo di Sant’Andrea – Fondée au 9e s., agrandie aux 10e et 13e s. puis maintes fois transformée, cette cathédrale témoigne du goût des cités maritimes pour la splendeur orientale. La façade, refaite au 19e s. sur le modèle de l’ancienne, s’élève au sommet d’un imposant escalier et frappe par son appareil de pierres polychromes formant des motifs géométriques variés.

Museo della Bussola e del Ducato Marinaro – Le « musée de la Boussole et du duché marin d’Amalfi » occupe l’ancien arsenal, symbole de la puissance marine de la cité. Les deux salles voûtées font une large place à une collection de boussoles, instrument popularisé par l’Amalfitain Flavio Gioaia au début du 14e s. (sans en être l’inventeur) et utilisé alors par la flotte du duché.

Atrani

Au débouché de la vallée du Dragon, Atrani est un agréable village de pêcheurs qui, avec ses ruelles étroites, sa petite place et sa plage de sable gris, ravira ceux que la foule fatigue. Deux églises anciennes se disputent la ferveur religieuse : Santa Maria Maddalena et San Salvatore del Bireto (le bireto étant le chapeau ducal), petit bijou médiéval fondé au 10e s., où l’on couronnait les ducs d’Amalfi.

La route littorale passe au-dessus d’Atrani par un pont à arcades : vous entrez à l’intérieur du village sous l’une de ses arcades, à quelques pas de la mer. Au-dessus, le pont forme une agréable terrasse : vue sur la mer et les toitures du village. Une route admirable, en lacet, serpente le long de la colline du Dragon au milieu des vignes et des oliviers et conduit jusqu’à Ravello.

Ravello

Ravello, suspendue entre ciel et mer, accroche à une colline ses ruelles, escaliers, passages voûtés, qui composent un site inoubliable. Au cours des siècles, l’aristocratique sobriété de Ravello ne fut pas sans attrait pour les artistes, musiciens et écrivains ; parmi eux, le Bloomsbury Group de Virginia et Leonard Woolf, D. H. Lawrence, Graham Greene, Gore Vidal, Escher et Miró. Pour cette ville inoubliable qui séduisit Richard Wagner, le grand architecte brésilien Oscar Niemeyer a conçu un élégant auditorium, inauguré en 2010.

Villa Rufolo Piazza Duomo - www.villarufolo.it
Bâtie au 13e s. par les Rufolo, riche famille de Ravello citée par Boccace dans le Décaméron, elle servit de résidence à plusieurs papes, à Charles d’Anjou et, en 1880, à Richard Wagner, qui aurait été subjugué à la vue du splendide jardin de la villa. Des terrasses, magnifique panorama sur des sommets découpés jusqu’au cap d’Orso, sur la baie de Maiori et le golfe de Salerno. En été, les jardins sont le lieu idéal pour des concerts. Pour toute information, contacter la Ravello Concert Society  - www.ravelloarts.org.

Duomo – Fondé en 1086 et transformé au 18e s., le Duomo a gardé un campanile du 13e s. et une splendide porte de bronze signée Barisanus de Trani,1179. La nef centrale, dont les colonnes antiques ont été dégagées, conserve une magnifique chaire couverte de mosaïques (1272). À gauche de la cathédrale, la Cameo Factory abrite un minuscule musée du Corail.

San Giovanni del Toro – La rue du même nom, le long de laquelle se découvre sur la droite un splendide belvédère, conduit à cette belle église du 11e s. À l’intérieur, les arcades reposent sur des colonnes antiques. Elle abrite une chaire du 11e s. richement décorée, un sarcophage romain (collatéral droit) et des fresques du 14e s. (abside et crypte).

Villa Cimbrone www.ravellotime.it  Une charmante ruelle conduit de la piazza Vescovado à la villa, en passant sous le porche gothique du couvent San Francesco. Érigée au début du 19e s. par Lord William Bechett, dans un style éclectique, la Villa Cimbrone est un hommage à l’histoire de Ravello, mais aussi un point de référence pour le Bloomsbury Group, dont l’idéal esthétique de clarté, d’ordre et d’harmonie est incarné par le splendide jardin. À l’entrée de la villa s’ouvrent sur la gauche un magnifique cloître et une belle salle aux voûtes en ogives. Une grande allée traversant les splendides jardins mène au belvédère dont la terrasse est jalonnée de bustes de marbre : le panorama dont on bénéficie sur les collines couvertes de cultures en terrasses, sur Maiori, le cap d’Orso et le golfe de Salerno est vertigineux.

Maiori

Ce village dissimule l’église rupestre Santa Maria de Olearia, ancienne abbaye médiévale édifiée au 10e s. Vous pourrez apprécier à l’intérieur de beaux restes de fresques byzantines datant du 11e s.

Capo d’Orso

Composé de roches bizarrement découpées, ce cap offre un point de vue intéressant sur la baia di Maiori.

Cetara

Petit village de pêcheurs très apprécié des véliplanchistes, Cetara dispose d’une plage agréable et peu fréquentée, la Marina de Cetara.

Vietri sul Mare

Étagée à l’extrémité de la côte amalfitaine sur laquelle elle offre de magnifiques vues, Vietri est renommée pour son artisanat traditionnel de la céramique.

Abbazia della Santissima Trinità

À 5 km au nord de Vietri sul Mare - www.badiadicava.it

Abbaye bénédictine fondée au 11e s., elle était l’une des plus puissantes de l’Italie méridionale durant le Moyen Âge. L’église, reconstruite au 18e s. selon le modèle original, conserve une belle chaire et un candélabre pascal. La visite comprend également les salles du monastère, le beau cloître du 13e s., le cimetière lombard et une section muséale.

Cava dei Tirreni

Agréable cité blottie dans la vallée du Piano, signalée, à son entrée, par un pont médiéval à six arches. Ce dernier conduit au corso Vittorio Emanuele, belle artère bordée d’arcades et de façades à stucs, décor insolite pour une ville d’Italie méridionale.

Salerno

Salerno conserve un quartier médiéval, sur les pentes d’une colline couronnée d’un château. Du lungomare Trieste, belle promenade agrémentée de palmiers et de tamaris, on découvre une large vue sur le golfe.

Duomo – Il fut construit sous l’impulsion de Robert Guiscard et consacré par le pape Grégoire VII en 1085. De style normand, il a été remanié au 18e s. ; le séisme de 1980 l’a fortement ébranlé.  Un atrium carré à appareil de pierres polychromes, colonnes antiques et arcades précède l’église proprement dite ; à droite, tour carrée du 12e s. Le portail central a des portes de bronze du 11e s. provenant de Constantinople. À l’intérieur, de dimensions imposantes, les deux ambons, richement ornés de mosaïques et reposant sur de fines colonnes, forment avec le chandelier pascal et l’élégante iconostase, qui ferme l’arrière-choeur, un ensemble exceptionnel (12e-13e s.). Dans l’abside de droite s’ouvre la chapelle des Croisés, où ceux-ci venaient faire bénir leurs armes.

Museo Archeologico – Abrité dans l’agréable ensemble de San Benedetto, il rassemble des vestiges datant de la préhistoire à la dernière époque impériale, notamment une admirable tête d’Apollon en bronze (1er s. av. J.-C.) et une belle collection d’ambres préromains.

Via Mercanti – Pittoresque rue du vieux Salerno avec des boutiques, maisons anciennes, oratoires ; elle se termine par l’arc d’Arechi construit au 8e s. par les Lombards.

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Office de tourisme d’Amalfi
Corso delle Repubbliche Marinare, 27
 www.amalfitouristoffice

Office de tourisme de Salerno
Via Roma, 258
www.eptsalerno.it

Office de tourisme de Ravello
Via Roma, 18 bis
www.ravellotime.it

 

Crédits photos :
Côte Amalfitaine, vue sur Amalfi © R. Harding/ hemis.fr
Corricella, sur l'Ile de Procida © C. Moirenc / hemis.fr

Gallipoli - vieille ville  © A. Alborno / hemis.fr