Travel routes > La route Napoléon (de Grenoble à Embrun)

La route Napoléon (de Grenoble à Embrun)

 - 11/05/2015

2015 est l’année de la célébration du bicentenaire du débarquement de Napoléon de l’Ile d’Elbe pour Paris. Arrivé par la mer à Golfe Juan accompagné de quelque 1200 hommes, Napoléon rejoignit Grenoble en 7 jours inaugurant la période des « Cent jours » qui s’acheva par Waterloo. En 1932 était créé la route Napoléon, dont nous vous proposons de découvrir ici la première partie, en auto ou à moto.


Grenoble-Embrun : 140 km
 

De Grenoble à Gap

 
Cela vous dirait de rouler sur les traces de Napoléon Ier ? En 1815, la voie n’était pas carrossable et il franchit à cheval et à pied ces quelque 300 km de cols et de gorges. Entre Grenoble et Gap, la route est plus facile, mais entre Gap et Grasse, il y a 200 ans, les voies étaient surtout des chemins muletiers. Depuis, les paysages ont à peine changé, toujours aussi beaux et variés. Une fois n’est pas coutume, nous vous proposons de remonter la RN 85 qui est appelée « route Napoléon » (en référence aux voies romaines portant un nom d’empereur) depuis 1913. Elle fut inaugurée en 1932 dans la prairie de la Rencontre, à Laffrey : là où, le 7 mars 1815, l’Empereur, venant de Corps, trouva la route de Grenoble barrée, à hauteur du lac de Laffrey, par un bataillon. Accompagné de quelques grenadiers, l’arme sous
le bras, Napoléon s’avança, ouvrit sa redingote grise et s’écria : « Soldats, je suis votre empereur ! S’il en est parmi vous qui veuille tuer son général, me voici ! » Après quelques secondes d’un silence pesant, les soldats accoururent vers Napoléon en criant « Vive l’Empereur ! ». Sur les monuments du parcours figurent des aigles aux ailes déployées, symbole inspiré des paroles de Napoléon : « L’Aigle volera de clocher en clocher jusqu’aux tours de Notre-Dame. » Sur la première partie du parcours, des figures en bois peint, représentant des grognards de la Garde, jalonnent également la route.
 
Le site de Grenoble, exceptionnel, doit être admiré depuis le panorama du fort de la Bastille : le confluent de l’Isère et du Drac, la cluse de l’Isère encadrée par le Casque de Néron, à droite, et les dernières crêtes du Vercors (Moucherotte), à gauche. Par la trouée du Grésivaudan apparaît, par temps clair, le massif du Mont-Blanc. Vers l’est, l’admirable silhouette de la chaîne de Belledonne dessine avec ses pics sombres une ligne longtemps couverte de neige.
 
Sortez de la métropole des Alpes vers le sud par St-Martin-d’Hères, direction Vizille, puis montez à Laffrey. Une fois sur le plateau, après le village de Laffrey, le chemin d’accès à la prairie 74 de la Rencontre est signalé par deux monuments portant l’aigle impérial. La statue de Napoléon Ier à cheval (bronze de Frémiet) se voit de la route. Un peu plus loin, le 45e parallèle nord passe exactement sur la rive sud du lac de Laffrey. En s’y positionnant, on se situe à égale distance du pôle Nord et de l’équateur. La route Napoléon se poursuit en grandes courbes rapides vers La Mure, puis Corps. À 15 km au nord de Corps, la basilique de Notre-Dame-de-la-Salette, perchée à 1 770 m d’altitude, s’élève dans un site grandiose qui vaut le détour. Elle accueille chaque année depuis 2001 un pèlerinage des motards chrétiens, le premier week-end de septembre.
 
Entre Corps et La Salette-Village, vous remontez la fraîche et profonde vallée de la Sézia. Entre La Salette-Village et le sanctuaire, la route s’élève rapidement face à la majestueuse cime de l’Obiou. Outre la visite de la basilique (moins d’une heure), une promenade s’impose pour découvrir la vue depuis l’éminence surmontée d’une croix. Rebroussez ensuite chemin pour regagner Corps et poursuivre vers Gap. Quand on descend du col Bayard, on est happé par la vue, magnifique, sur un des plus vastes bassins des Alpes. Belle descente en lacets, un classique du genre, très fréquentée par les motards locaux.
 
 

De Gap à Embrun

 
Après Gap, qui n’a d’agréable que l’atmosphère déjà méridionale de ses rues piétonnes et de ses maisons colorées, plutôt que de suivre le tracé traditionnel de la route Napoléon par la vallée de la Durance et Sisteron, nous vous proposons de prendre une « variante » en passant par le lac de Serre-Ponçon. Sortez du centre-ville de Gap vers Sisteron et suivez la direction de Remollon et Barcelonnette. La D 900B passe devant le barrage de Serre-Ponçon, une digue en terre à noyau central d’argile étanche, premier
exemple en France, à cette échelle, d’une technique très répandue aux États-Unis : 14 millions de m³ de matériaux alluvionnaires, 600 m de pente, 123 m de haut et une épaisseur à la base de 650 m ! La route s’élève ensuite pour vous faire découvrir la plus grande retenue d’eau en Europe. Le lac, mis en eau en
1960, couvre 3 000 ha (plus que le lac d’Annecy), mesure au maximum 3 km de large, mais atteint 20 km d’Embrun à Espinasses. Souterraine, aménagée dans le rocher de la rive gauche, la centrale électrique peut produire 720 millions de kWh par an.
 
Si vous en avez le temps, nous vous recommandons de faire le tour du Serre-Ponçon. Des routes superbes contournent le lac, leurs lacets semblent s’éloigner de ses rives et s’enfoncer dans les collines puis revenir au plus près de criques isolées. La traversée du pont de Savines, où vous roulerez au ras de l’eau, est une expérience unique. À Savines-le-Lac, l’église St-Florent (1962), oeuvre de l’architecte De Panaskhet, est remarquable pour ses vitraux et conserve la croix de l’ancienne église engloutie par le barrage. N’hésitez pas à vous garer pour aller admirer à pied les « demoiselles coiffées » de Théus et de Pontis, appelées ailleurs « cheminées de fées » : ce sont des moraines glaciaires préservées de l’érosion par un bloc rocheux faisant parapluie. Profitez aussi des points de vue sur le lac et son site, notamment au belvédère Ivan-Wilhem. Au Sauze-du-Lac, entrez dans le village et gagnez une terrasse au ras des falaises, belvédère sur le lac, au confl uent des vallées noyées de la Durance et de l’Ubaye. Dans un lacet à droite (au niveau d’un calvaire), le panorama se dégage à nouveau sur le lac et sa branche de l’Ubaye. En face, dans un paysage farouche, les ravinements plongent à pic dans les eaux, découpant des sortes de calanques.
 
Concluez cette première partie de la route Napoléon à Embrun, surnommée la « Nice des Alpes » pour son soleil. Sa cathédrale N.-D.-du-Réal comprend un portail remarquable, spécimen de l’art lombard et un trésor qui était l’un des plus riches de France, avant d’être pillé au 16e s. par les troupes protestantes du duc de Lesdiguières.
 
 

INFORMATIONS PRATIQUES
 
Pour en savoir plus sur le bicentenaire de la route Napoléon : http://www.route-napoleon.com/
 
Notre-Dame-de-la-Salette
Tél. : 04 76 30 00 11. Janv.-nov. Possibilité de visite guidée de ce lieu de pèlerinage marial, qui
accueille jusqu’à 200 000 fidèles par an.
 
La Maison de l’Eau et des Énergies
Au pied du barrage de Serre-Ponçon. Tél. :  04 92 54 58 11.  
 
Muséoscope du lac de Serre-Ponçon
Tél. :  04 92 54 50 00, www.museoscope-du-lac.

Photo ©F.Guiziou/hemis.fr