Practical tips > Nouveaux radars de stop : ce qu’il faut savoir

Nouveaux radars de stop : ce qu’il faut savoir

 - 23/02/2016

Après les radars de vitesse fixes, mobiles et embarqués, après les radars de feux rouges, voici venu le temps des radars de stop. Préparez-vous !

Comment ça marche ?

Le système est similaire aux radars de feux rouges : une caméra vidéo de surveillance et un système de reconnaissance automatique des plaques d'immatriculation, technologie développée par l'Agence française de sécurisation des réseaux routiers (AFS2R). Si vous passez le stop sans marquer un temps d’arrêt, le radar le détecte grâce à un algorithme de reconnaissance du mouvement.


En phase de test

Actuellement, le système est en phase de test et un seul radar a été déployé à Yerres, dans l'Essonne. Les Yerrois sont pour l’instant les seuls heureux bénéficiaires de ce progrès technologique. Le système s’est révélé particulièrement efficace puisqu’au bout d’une demi-journée, 500 infractions ont été enregistrées alors qu’un panneau avertissait de la présence du radar. On peut donc s’attendre à ce qu’il soit rapidement déployé sur l’ensemble du territoire.


Combien coûte le P.V. ?

Le non respect de l'arrêt au stop (article R 415-6) est sanctionné par une amende forfaitaire de 135€  et le retrait de 4 points de permis.


Que dit l’article Article R415-6 du code de la route ?

A certaines intersections indiquées par une signalisation dite stop, tout conducteur doit marquer un temps d'arrêt à la limite de la chaussée abordée. Il doit ensuite céder le passage aux véhicules circulant sur l'autre ou les autres routes et ne s'y engager qu'après s'être assuré qu'il peut le faire sans danger.
Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.
Tout conducteur coupable de l'une des infractions prévues au présent article encourt également la peine complémentaire de suspension, pour une durée de trois ans au plus, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l'activité professionnelle.
Ces contraventions donnent lieu de plein droit à la réduction de quatre points du permis de conduire.


Comment évaluer le « temps d’arrêt »

C’est un peu comme dans le sketch de Fernand Raynaud « combien de temps met le fut du canon pour se refroidir ? » La réponse est : « un certain temps ! » De fait, aucune durée minimale n’est prescrite par la loi. Il faut juste que le véhicule marque véritablement un temps d’arrêt, et non pas seulement qu’il soit au ralenti. Le conducteur doit avoir le temps d’apprécier s’il peut s’engager en fonction de la circulation et des règles de priorité.

Vous voilà avertis !