News > TRENDZ : les zones à faibles émissions, incontournables : ça râle mais ça passe !

TRENDZ : les zones à faibles émissions, incontournables : ça râle mais ça passe !

 - 15/07/2021

(ETX Daily Up) - En 2021, une dizaine de nouvelles zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) ont vu le jour en France. Il s'agit de zones spécifiques dans les villes où la circulation des véhicules les plus polluants peut être limitée. Dans les années qui viennent, ces zones vont se multiplier et même devenir obligatoires dans les villes de plus de 150.000 habitants. De plus, les critères pour y circuler vont se durcir afin de n'y accepter que les véhicules les plus propres. Retrouvez tous les articles qui ont capté ces signaux faibles devenus puissants dans le cahier des tendances 2021...

Dans le cadre d'une ZFE-m, chaque métropole peut définir ses propres critères ainsi que la périodicité de la mise en place de ce dispositif. Cela signifie que seuls les véhicules munis des vignettes attribuées aux moins polluants, sur la base de l'indice Crit'air (certificats qualité de l'air) sont autorisés à circuler. Le but est de pouvoir sensiblement faire baisser la pollution dans ces quartiers. A terme, seuls les véhicules les plus propres (Crit'air 0 et 1) devraient être acceptés dans ce type de zones, ce qui exaspère déjà beaucoup d'automobilistes.

Paris, Grenoble et Lyon ont été précurseurs en la matière. Cette année, Aix-Marseille, Nice, Toulon, Toulouse, Montpellier, Rouen et Strasbourg s'ajoutent à la liste. D'ici 2025, ce sont toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants qui devront créer au moins une ZFE-m.

Ce concept n'existe pas qu'en France. Il est déjà bien répandu en Europe, notamment à Londres (Angleterre), Berlin (Allemagne) ou encore à Bruxelles (Belgique).

(Crédits photo : photoschmidt / Getty Images )

David Bénard